COVID-19 Où allons-nous ?

Aujourd’hui, nous avons réussi à arrêter la marche de notre service. On n’imagine pas à quel point il est difficile d’arrêter, de déprogrammer, de réorganiser. On y travaille depuis une semaine et il y a encore des choses qu’on ne comprends pas. Les réunions s’enchaînent. Dans de grandes salles, où les fauteuils sont espacés d’un mètre. Tout le monde a un masque. On éduque le personnel, on met des affiches partout pour inciter à la prudence… Un circuit spécial COVID19+ a été créé. Enfin, les patients sont interrogés avant d’être admis. On refuse les urgences inutiles via les infirmières qui font des consultations par téléphone. Les injections dans les yeux s’arrêtent. On ne peut pas continuer ce traitement de luxe. Pourtant, ce traitement est important pour conserver l’acuité visuelle des patients âgés, il n’a plus lieu d’être en contexte de crise. Pour résumer en une phrase :
Le fonctionnel passe après le vital.

Les blocs opératoires sont à l’arrêt… On garde ces lieux protégés aux flux de pression controlés pour intuber les malades les plus graves dans les meilleures conditions. Tout va être transformé en lit d’hospitalisation dans le bâtiment. On fait de la place avant de ne plus en avoir. Une ambiance étrange pèse sur les murs. D’après ce qu’il se passe ailleurs, c’est une question de jour. La vague arrive, l’eau est en train de se retirer comme pour les tsunamis. C’est le calme avant la tempête. La difficulté est de continuer à soigner dans les meilleurs conditions tous les patients malgré l’épidémie. Il y a un risque fonctionnel important à refuser des patients et faire des consultations uniquement téléphoniques.

Des yeux seront perdus on le sait. Mais il vaut mieux un oeil qu’une vie.

Dehors, il semble que le confinement s’installe. On visionne des vidéos de policiers qui font de l’ordre dans les rues. Peut-être qu’enfin les mesures vont être efficace. En tout cas les chiffres ne permettront pas de le savoir :

On ne teste plus que le personnel soignant qui a de la fièvre et qui tousse et les patients hospitalisés dans un état grave.

Toutes les autres suspicions de virus sont renvoyés au domicile et interdiction formelle de sortir pour eux et leur entourage.

Les questions dans toutes les bouches des médecins sont les suivantes :

En Corée et en Chine, leur stratégie a été de tester tout le monde et de faire des enquêtes épidémiologiques strictes avec confinement rigoureux de tous les cas, de tous les contacts et d’une partie de la population. En France on a essayé, Santé Publique France a fait des enquêtes. Sauf qu’ils ont été complètement dépassé par le foyer de Mulhouse. Impossible de suivre tout le monde. La stratégie du gouvernement a donc changé, comme évoquer dans un précédent article Coronavirus qu’est ce que l’on attend ?   , les mesures prises ne sont pas destinés à stopper l’épidémie mais à étaler le nombre de cas grave dans le temps pour faire face et avoir assez de moyen pour soigner tout le monde. Est-ce que c’est un choix politique au vue de l’évolution du virus à l’échelle mondiale ? Est-ce que c’est un choix subit car on n’a pas su, pu ou voulu mettre en place le même type de confinement qu’en Chine ? Est-ce que l’on n’a pas sous estimé la gravité du virus ? A-t-on vraiment pris au sérieux les Chinois, Coréenns, Italiens ? Assumerons-nous que plus de 40% de la population contracte l’infection. Même si le pic est controlé, cela voudrait dire un nombre de cas graves colossal et plus d’un million de décès… Certaines personnes optimistes parlent de vaccins, je rappelle que pour l’instant, nous ne sommes même pas sûr qu’un vaccin soit même possible. Nous n’avons pas assez de recul sur la réaction de notre système immunitaire. Si le corps ne fabrique pas de lymphocytes B mémoire en nombre et de qualité suffisante, il est illusoire de penser qu’un vaccin pourra être développé. Certains articles évoquent des infections multiples chez une même personne exposés plusieurs fois sur plusieurs semaines, l’enquête est en cours dans les laboratoires.

Une seule certitude à voir les équipes qui m’entourent :

Les médecins sont déterminés à sauver le plus de vies possible

et à donner toute leur énergie pour le bien-être de la population.

onvaou

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s