Rando LCA : Lumière bleue, toxique ou non ?

serge-kutuzov-NaGoAsPP0wc-unsplash.jpgNotre mode de vie change : les écrans deviennent omniprésent. Il est loin le temps où les seules sources de lumière provenaient soit du soleil soit d’une bougie. Au mois de mai 2019, l’agence nationale de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié des reccomandations concernant l’exposition à la lumière bleue et a souligné la toxicité de certaines sources et l’importance de limiter l’exposition à ce type de lumière en particulier pour les enfants. Devant un tel rapport, une question s’impose à nous : allons nous devenir aveugle à force de rester sur nos écrans ?

Pour répondre objectivement et scientifiquement à de telles questions, la lecture critique d’article est un outil formidable. Elle permet de comprendre les rapports des scientifiques et de se faire une idée fondée sur des connaissances et non pas des croyances. Rando-LCA vous propose donc pour sa première étape de s’intéresser à la question de la lumière bleue. Nous allons faire un tour parmi les articles publiés sur le sujet et en profiter pour rappeler quelques notions clés sur les différents types de variable et leur analyse.

Une variable est un phénomène que l’on mesure. Lorsque l’on veut analyser l’effet de la lumière bleue sur la rétine les variables que l’on peut mesurer sont par exemple la quantité de lumière bleue qui atteint la rétine, le temps d’exposition à la lumière bleue, l’apparition ou non d’une atrophie rétinienne (destruction de la rétine).

Par exemple, une équipe de chercheur a étudié en 2001 l‘effet sur la rétine de singe d’une exposition de 30 jours à une lumière LED ou infrarouge. Dix rétines ont été analysé lors de cette étude. Différentes mesures ont été effectué permettant de récupérer des variables quantitatives ou qualitatives.

Une variable quantitative est une variable qui reflète une notion de grandeur. Dans cette étude, la quantité d’énergie délivrée à la rétine des singes est un très bon exemple de variable quantitative. Il y a un sens de dire que tel singe a reçu une quantité plus importante d’énergie sur sa rétine par rapport à tel autre singe. Si l’on veut parler précisément on dira que la quantité d’énergie reçue par la rétine du singe est une variable quantitative continue car cette variable peut prendre une infinité de valeur. Une variable qui ne peut prendre qu’un nombre fini de valeur comme l’acuité visuelle du singe sera appellée variable quantitative discrète.

Une autre variable récupérée et analysée par les chercheurs était la présence d’une anomalie rétinienne apparue à la fin de l’expérience sur la rétine de singe. Il s’agit d’une variable qualitative. Elle ne reflète pas une idée de grandeur. Si l’on veut parler précisément, on dira même que cette variable est qualitative binaire car elle ne peut prendre que deux valeurs : anomalie rétinienne présente ou anomalie rétinienne absente.  

Il est important lorsqu’on lit un article d’identifier le type de variable qui est analysé. En effet, on ne pourra pas faire les mêmes calculs statistiques sur des variables quantitatives ou qualitatives. Ce sera détaillé lors d’une prochaine éta

Capture d’écran 2019-07-21 à 21.52.02

pe de Rando-LCA. En attendant pour les plus curieux voici la photographie de la rétine d’un des singes après une exposition de 2 jours (variable quantitatvie continue) à une lumière

 LED bleue de 460nm (variable quantitative continue) à la puissance de 25.2J (variable quantitative continue) qui montre une anomalie rétinienne (variable qualitative).

Cette étude est l’une des premières à avoir démontré l’effet toxique de cette longueur d’onde lumineuse sur la rétine. Mais l’énergie délivrée à la rétine était élevée, qu’en est-il pour des puissances moins grandes et répétées dans le temps ? La réponse accompagnée d’autres explications en LCA à la prochaine étape.

Ne manquez pas la suite, abonnez-vous :

Courage et persévérance sur le chemin vers l’internat

Gabriel Hallali

 

Source : Dawson, W., Nakanishi-Ueda, T., Armstrong, D., Reitze, D., Samuelson, D., Hope, M., … Koide, R. (2001). Local Fundus Response to Blue (LED and Laser) and Infrared (LED and Laser) Sources. Experimental Eye Research, 73(1), 137–147.doi:10.1006/exer.2001.1020 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s